CHIRURGIE DE LA CHEVILLE
BORDEAUX MÉRIGNAC

Demandez une date de consultation la plus proche

En savoir + sur le profil de vos chirurgiens spécialistes de la cheville

Venir au centre de consultation dédié à la cheville

Dr Pierre Barouk

Dr Guillaume Cordier

Dr Marion Dias

CHIRURGIE DE LA CHEVILLE

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor. Cras elementum ultrices diam. Maecenas ligula massa, varius a, semper congue, euismod non, mi. Proin porttitor, orci nec nonummy molestie, enim est eleifend mi, non fermentum diam nisl sit amet erat. Duis semper. Duis arcu massa, scelerisque vitae, consequat in, pretium a, enim. Pellentesque congue. Ut in risus volutpat libero pharetra tempor. Cras vestibulum bibendum augue.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Sed non risus. Suspendisse lectus tortor, dignissim sit amet, adipiscing nec, ultricies sed, dolor.

CONSULTER LES PATHOLOGIES
DE LA CHEVILLE

RÉÉDUCATION
DE LA CHEVILLE

SECRÉTARIAT POUR UNE CHIRURGIE DE LA CHEVILLE

VENIR AU CENTRE
DE CONSULTATION

L’ARTHROSCOPIE
DE LA CHEVILLE

PROTHÈSE
DE LA CHEVILLE

ARTHRODÈSE
TIBIO-TALIENNE

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE POUR UN CONFLIT
ANTÉRIEUR

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE POUR UN CONFLIT POSTÉRIEUR

ARTHROSCOPIE
ET TENDINOSCOPIE

LIGAMENTOPLASTIE

L’ARTHROSCOPIE DE LA CHEVILLE

Le terme vient du grec Arthron signifiant « articulation » et Skopein « observer / examiner », l’Arthroscopie permet donc littéralement d’examiner l’intérieur d’une articulation.
L’arthroscopie fait partie de l’endoscopie. Ce terme regroupe toutes les techniques utilisant une optique capable de voir à l’intérieur du corps.

L’arthroscopie est donc une forme d’endoscopie destinée aux seules articulations.
Aujourd’hui, il se peut que le chirurgien décide de créer un espace pour permettre à la caméra d’avoir un accès (endoscopie extra articulaire), par exemple autour des tendons (tendinoscopie).

Comment se présente un arthroscope ?


L’arthroscope
est un tube de 2, 3, 5 ou 7 mm de diamètre dans lequel se trouvent des lentilles. Ce tube contient un câble de fibre optique relié à une source lumineuse pour éclairer à l’intérieur du corps ainsi qu’un tuyau laissant passer un jet de sérum physiologique pour nettoyer.

Principe de la technique

Initialement utilisée à des fins diagnostiques, l’arthroscopie est actuellement essentiellement opératoire, c’est-à-dire qu’elle permet d’effectuer des gestes chirurgicaux sans ouverture importante. L’opération se pratique sous anesthésie générale ou locorégionale en salle d’opération.

Deux incisions au minimum sont nécessaires, l’une pour recevoir l’arthroscope et l’autre pour faire passer les mini instruments chirurgicaux. En général, les incisions sont à peine plus grandes que le diamètre de l’arthroscope. Elles sont si petites qu’elles ne génèrent pas forcément de suture et peuvent se refermer d’elles-mêmes.

Selon le type d’intervention il est aussi probable que le chirurgien intervienne sur différentes zones et doive inciser ailleurs, mais la technique reste toujours très respectueuse du corps humains. Elle permet l’observation et certaines interventions dans la cavité articulaire (ligaments, cartilages, tendons). Aujourd’hui un grand nombre de techniques traditionnelles (dites à « ciel ouvert ») peuvent être réalisées sous arthroscopie.

Arthroscopie ou opération à ciel ouvert ?

– L’arthroscopie évite la morbidité liée aux lésions créées par l’incision nécessaire à la chirurgie à ciel ouvert et, si le chirurgien décide de réparer, très peu de points de suture seront nécessaires.

– La technique arthroscopique permet d’atteindre directement la zone à traiter, les chairs, les veines, les os, ne sont traversés que si c’est utile. La convalescence est donc généralement plus courte.

– Enfin, il arrive bien souvent que pour soigner une articulation il faille atteindre une zone précise par deux abords différents et opposés. Or, l’arthroscopie permet au chirurgien d’atteindre, la plupart du temps, autant de zones que nécessaire.

Un peu d'histoire

C’est au Japon en 1918 que l’on date la première arthroscopie réalisée à l’aide d’un cystoscope, mais l’arthroscopie moderne a été réalisée pour la première fois en 1958 par le Dr Watanabe.

Le Docteur DORFMANN amène la technique en France, elle sera d’abord développée sur le genou, puis l’épaule et enfin, beaucoup plus récemment sur la cheville, la main et le coude.

Pour en savoir plus : http://sofarthro.com/fr/

PROTHÈSE DE LA CHEVILLE

Le remplacement de la cheville par une prothèse (arthroplastie de cheville) a progressé de façon spectaculaire au cours des 20 dernières années. Des recherches sur l’articulation de la cheville ont permis d’améliorer les implants et les matériaux prothétiques pour augmenter la qualité et la longévité des prothèses.

Cette intervention est proposée par le chirurgien en cas d’arthrose résistante au traitement médical ou de toute autre cause de disparition du cartilage articulaire : l’objectif est de faire disparaître la douleur en conservant des mobilités.

Les conditions pour bénéficier d'une prothèse de la cheville

Pour bénéficier d’une prothèse de la cheville, l’articulation de la cheville ne doit pas avoir de déformation majeure et les ligaments articulaires doivent être sains. Le port de charges lourdes n’est pas conseillé aux porteurs de prothèses mais des activités telles que la marche ou le golf ne sont pas contre-indiquées. Les indications sont donc très limitées chez les sujets jeunes.

Que permet une prothèse de la cheville ?

Une prothèse de cheville permet de recouvrir les extrémités osseuses par deux pièces métalliques entre lesquelles s’intercale une 3ème pièce en polyéthylène.

Celle-ci permet de diminuer les pressions articulaires. Les composants sont couverts d’un revêtement bioactif, qui va permettre à l’os d’adhérer à la prothèse.

Post-opératoir

Un appui partiel est autorisé en post-opératoire sous couvert d’une attelle.
La rééducation commence dés le lendemain de l’intervention est durera plusieurs mois. L’hospitalisation est de 3 à 5 jours.

Les activités quotidiennes pourront être reprises entre 3 et 6 mois, les activités sportives au bout de 6 mois.

ARTHRODÈSE
TIBIO-TALIENNE

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE
POUR UN CONFLIT ANTÉRIEUR

ARTHRODÈSE
TIBIO-TALIENNE

L’arthrodèse tibio-talienne a pour objectif de faire fusionner les os de la cheville. C’est un traitement efficace contre les douleurs de l’arthrose. Cependant cette chirurgie ne doit être envisagée, qu’après échec des traitements conservateurs.

L’articulation de la cheville est enraidie, mais n’entraîne pas de problèmes de marche. La pratique d’activités sportives telles que la course ou le tennis sont possibles si les autres articulations du pied sont saines.C’est actuellement le traitement de choix pour les patients jeunes et actifs qui devront solliciter leur cheville.

Cette intervention chirurgicale se pratique dans la majorité des cas sous arthroscopie.

Le cartilage endommagé est enlevé pour aviver les surfaces osseuses. Le chirurgien positionne correctement la cheville qui est maintenue dans la position adéquate par deux vis mises en percutanée. Ces vis ne gênent pas et pourront être laissées en place à vie.

Cette technique arthroscopique améliore la cicatrisation des plaies et aide à une récupération plus rapide.

L’hospitalisation est de 3 à 5 jours. Une immobilisation est nécessaire pendant 3 mois. La rééducation sera débutée à 6 semaines avec la reprise de l’appui partiel.

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE
POUR UN CONFLIT ANTÉRIEUR

Cette intervention améliore 80% des patients opérés et permet la plupart du temps de reprendre le sport au même niveau chez les athlètes professionnels. Le risque chirurgical est diminué par la technique sous arthroscopie.

L’hospitalisation est de 2 nuits.
L’intervention est généralement faite sous anesthésie loco-régionale ou parfois sous anesthésie générale.

Une fois dans l’articulation, on pratique un nettoyage en réséquant les tissus mous et les becs osseux, puis on effectue une inspection complète de l’articulation avec contrôle de l’état des ligaments et du cartilage.

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE
POUR UN CONFLIT POSTÈRIEUR

ARTHROSCOPIE
ET TENDINOSCOPIE

ARTHROSCOPIE DE CHEVILLE
POUR UN CONFLIT POSTÈRIEUR

Cette intervention améliore 80% des patients opérés et permet la plus part du temps de reprendre le sport au même niveau même chez des athlètes professionnels.

L’hospitalisation est de 48 heures. Vous devez ramener toutes vos radios. L’intervention peut se faire sous anesthésie loco-régionnale ou parfois sous anesthésie générale.

Le risque chirurgical est diminué par la technique sous arthroscopie : on effectue 2 petits trous à la partie postérieure de la cheville : un pour la caméra et un pour les instruments.

Une fois rentré dans l’articulation, on effectue le nettoyage en réséquant les tissus mous et les becs osseux. On effectue ensuite une inspection complète de l’articulation. On contrôle l’état des ligaments et du cartilage.

Vous quittez la clinique après 2 jours, immobilisé dans une attelle aircast.

Après l’intervention, vous pouvez appuyer sur votre cheville, marcher et reprendre toute vos activités progressivement en fonction de la douleur. Dix à 15 séances de rééducation vous seront prescrites pour vous aider à récupérer. Il faudra les commencer entre le 5ème et le 10ème jour post-opératoire.

L’arrêt de travail est généralement de 3 semaines.

ARTHROSCOPIE
ET TENDINOSCOPIE

Il s’agit d’un outil précieux dans le traitement de la cheville.
Comme pour le genou, l’articulation ou le tendon sont visualisés à l’aide d’une petite caméra (4,5 mm de diamètre) insérée par de très petites incisions.

Le chirurgien peut alors voir l’articulation sur un écran haute définition dans le bloc opératoire et identifier les zones malades.
Des instruments miniatures spécifiques, introduits par une autre incision, permettent d’effectuer le geste chirurgical de manière extrêmement précise.

L’arthroscopie permet grâce aux petites incisions de réduire le risque infectieux, de moins endommager les tissus environnants (peau, ligaments, tendons) et donc d’obtenir une récupération beaucoup plus rapide. Cette technique est utilisée dans les différentes parties de la cheville.

Arthroscopie antérieure et postérieure

Par deux incisions de moins de 1cm à la face antérieure de la cheville ou au dessus du talon selon les cas, le chirurgien va pouvoir nettoyer l’articulation et traiter les conflits.

Il résèque les parties molles qui s’interposent dans l’articulation et fraise les becs osseux. Les lésions ostéochondrales pourront aussi être nettoyées et avivées. Les corps étrangers seront retirés. C’est aussi cette technique qui permet de réaliser des arthrodèses.

L’intervention nécessite 48 heures d’hospitalisation. La cheville est immobilisée par une attelle en post-opératoire. L’appui est autorisé dans la plupart des cas. La récupération se fait en 6 à 12 semaines avec une rééducation appropriée.

Parfois le chirurgien peut réaliser une arthroscopie de l’articulation sous-talienne pour retirer des corps étrangers ou réaliser une arthrodèse.

LIGAMENTOPLASTIE

Cette intervention est indiquée en cas d’instabilité chronique de cheville afin de prévenir les récidives d’entorses et l’apparition d’arthrose.

Il existe trois types de ligamentoplastie  :

La réparation du ligament
Il s’agit de suturer le tendon (rétention capsulo-ligamentaire) et de rajouter un renfort (on ajoute du tissu qui va se transformer en ligament). La ligamentoplastie au périoste (ou DUQUESNOY) est une technique simple avec des suites opératoires simples, peu dangereuses. La limite de cette technique, c’est la qualité du ligament que l’on suture.

La ligamentoplastie de substitution

Il s’agit de dérouter les tendons. Utilisation du court péronier latéral (CASTAING). C’est une technique très fiable Elle permet d’obtenir une très bonne stabilité. La limite de cette technique, c’est l’existence, au bout de plusieurs années de douleurs liées à la dégradation de la cheville dont l’anatomie a été changée.

La ligamentoplastie par reconstruction anatomique
Il s’agit de reconstruire anatomiquement les différents ligaments lésés. C’est une technique à ciel ouvert identique à celle pratiquée pour la reconstruction du ligament croisé antérieur du genou. Le meilleur transplant (tissu transplanté ou greffon) à utiliser est celui d’un tendon du genou (droit interne). Cette intervention a théoriquement une très bonne évolution dans le temps car elle permet de se rapprocher au mieux de l’anatomie de la cheville et de ses ligaments.

La ligamentoplastie par reconstruction anatomique
Il s’agit de reconstruire anatomiquement les différents ligaments lésés. C’est une technique à ciel ouvert identique à celle pratiquée pour la reconstruction du ligament croisé antérieur du genou. Le meilleur transplant (tissu transplanté ou greffon) à utiliser est celui d’un tendon du genou (droit interne). Cette intervention a théoriquement une très bonne évolution dans le temps car elle permet de se rapprocher au mieux de l’anatomie de la cheville et de ses ligaments.

Le suivi post-opératoire d’une ligamentoplastie

Il faut suivre rigoureusement les consignes de votre chirurgien, venir aux rendez-vous programmés. Ces visites post-opératoires sont importantes.

PRENDRE RDV POUR UNE CHIRURGIE DE LA CHEVILLE

Contactez-nous pour un RDV pour une chirurgie de la cheville directement par téléphone au :

Ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous :

8 + 10 =

CONSULTER LES PATHOLOGIES
DE LA CHEVILLE

RÉÉDUCATION
DE LA CHEVILLE

VENIR AU CENTRE
DE CONSULTATION