RÉÉDUCATION DU GENOU
BORDEAUX MÉRIGNAC

Demandez une date de consultation la plus proche

Venir au centre de rééducation dédiée au genou

RÉÉDUCATION DU GENOU

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

CONSULTER LES PATHOLOGIES
DU COUDE

CHIRURGIE
DU COUDE

SECRÉTARIAT POUR UNE RÉÉDUCATION DU COUDE

VENIR AU CENTRE
DE CONSULTATION

RÉEDUCATION DU GENOU
EN VIDEO

AUTO-RÉÉDUCATION DU GENOU APRÈS RECONSTRUCTION LCA

RECONSTRUCTION DU LCA
TYPE DIDT

PLASTIE TYPE DIDT
ET OSTÉOTOMIE

PLASTIE TYPE DIDT,
PROTOCOLE « HYPERLAXE »

PLASTIE DU LIGAMENT CROISÉ
POSTÉRIEUR OPÉRÉ

MÉNISECTOMIE

CHIRURGIE DU MÉNISQUE A COMPOSANTE DÉGÉNÉRATIVE

PROTHÈSE TOTALE
DU GENOU

SYNDROME ROTULIEN
DOULOUREUX

OSTÉOTOMIE
DU GENOU

RÉÉDUCATION DU GENOU
EN VIDÉO

AUTO-RÉÉDUCATION DU GENOU APRÈS RECONSTRUCTION LCA

Chaque exercice doit être répété 10 fois et tenu 6 secondes, 2 fois par jour. Glaçage en fin de séance

PHASE 1 : de J0 à J15

Jambe de bois

Travail de l’extension en PASSIF :
Allongé sur le dos, serviette passée sous la plante du pied
Élévation à 30 cm du sol, tenir 6 secondes, relâcher.

Voir la vidéo

Accordéon

Travail de la flexion :
Tirer la serviette vers soi, en faisant glisser le pied au sol
puis allonger la jambe (lentement, se limiter à la douleur).

Voir la vidéo

Barrique

Allongé du côté sain,
– Élévation latérale du membre inférieur tendu, 10 fois
– Puis, se tourner progressivement pour finir sur le dos, sans cesser les élévations
– Terminer par 10 élévations allongé sur le dos.

Bain de soleil

Allongé sur le ventre,
un coussin sous le genou opéré,
jambe dans le vide, garder la posture 5mn.

Accélérateur

Allongé sur le dos, en appui sur les coudes
pied contre le mur appuyé sur un ballon de baudruche,
tendre la pointe du pied pour écraser le ballon, jambe tendue.

Voir la vidéo

Le Fessier

Allongé sur le ventre
décoller du sol jambe tendue, par contractions des fessiers.

Voir la vidéo

 

PHASE 2 : de J15 à J45

Poursuivre l’exercice « Accordéon » si la mobilité est entre 0 et 90°, sinon :

Laçage soulier

Le pied côté opéré, posé sur une chaise contre le mur,
Avancer le corps en pliant le genou
Aller toucher le pied avec les mains, buste droit
(pénétrer lentement dans la douleur et s’arrêter)

Skateboard

Assis en bordure de chaise,
pied côté opéré à plat sur un skateboard.
Faire rouler le skate vers l’avant, en appuyant le talon
Puis vers l’arrière, en appuyant la pointe.

Passage à niveau

Allongé, en appui sur les coudes,
élévation jambe tendue.
Décoller le talon de 30 cm, genou verrouillé en extension,
pointe du pied vers soi, tout en poussant le talon dans le sens opposé.

Le piston

Debout avec les 2 cannes, en appui sur la jambe saine.
Tendre un élastique entre les 2 cannes, à 40 cm maxi du sol.
Avec la plante du pied, marcher sur l’élastique.
L’écraser au sol en tendant la jambe.
Le bassin venant à l’aplomb de l’élastique
Puis retour à la position initiale.

Equerre

Dos au sol, jambes contre le mur.
Venir toucher le mur avec les fesses,
en écrasant les fesses au sol,
pousser le talon vers le plafond sans décoller les fesses.
(5 fois 30 secondes.)

Le curieux

Debout sur les 2 jambes
Se hisser lentement sur la pointe des pieds, puis retour.

 

APRÈS UNE LIGAMENTOPLASTIE DE CHEVILLE AVEC GREFFE TENDIEUSE

PLASTIE TYPE DIDT
ET OSTÉOTOMIE

Découvrez ci-dessous le protocole de rééducation proposé par le docteur Guillaume Cordier après une ligamentoplastie anatomique de la cheville avec greffe tendineuse.

PHASE 1 : de J0 à J45

– Lever la sidération quadricipitale.
– Récupération de l’extension active sans dépasser 0°.
– Travail du quadriceps en élévation du membre inférieur.
– Travail des ischio-jambiers et du quadriceps en cocontraction isométrique.
– Travail de la flexion en décharge et en actif simple sans dépasser 120° : modalités précisées sur le compte rendu opératoire.
– Mobilisation de la rotule.
– Travail du triceps et du tenseur du fascia lata.
– Étirements progressifs des ischio-jambiers.

Objectifs

– Un genou le plus sec possible.
– Un verrouillage actif de l’extension.
– La marche sans canne.

Incidents possibles

– Hydarthrose du genou.
– Problèmes veineux.
– Problèmes cicatriciels.

 

PHASE 2 : de J45 à J90

– Massages cicatriciels et péri rotuliens.
– Récupérer les amplitudes articulaires en décharge.
– Fin de récupération de l’extension (verrouillage à 0°) et étirements des chaînes musculaires.
– Travail en chaîne fermée (travail à la presse ou manuel).
– Travail isométrique du quadriceps type TSI, charges placées sur la TTA.
– Travail progressif des ischio-jambiers en l’absence de douleurs puis intensifier la charge en chaînes ouvertes, en concentrique puis excentrique.
– Travail statique des rotateurs en position neutre.
– Travail de perfectionnement du schéma de marche.
– Reprise de la natation type crawl / dos crawlé et vélo.

Objectifs

– Un genou sec et froid.
– Les amplitudes articulaires suivantes : 0 à 130°.
– Un bon contrôle musculaire pour une vie quotidienne normale.

Incidents possibles

– Genou chaud et hydarthrose.
– Douleurs importantes.
– Difficulté à la récupération des amplitudes articulaires.
Dans ces trois cas, contacter le chirurgien

PHASE 3 : de J90 à J180

– Travail proprioceptif en charge sur plan stable de difficultés croissantes adaptées à la douleur et à l’épanchement réactionnel.
– Phase de réathlétisation : développer toutes les formes de travail musculaire isométrique, excentrique, chaîne fermée en charge.
– Rééducation isocinétique.
– Intensification de la proprioception par des exercices de plus en plus dynamiques et dans différents plans de l’espace.
– Début des gestes techniques élémentaires du sport préférentiel sous contrôle strict du rééducateur.
– Reconditionnement global : natation / vélo / musculation.
– Footing dans l’axe dès que le bilan musculaire le permet.

Objectifs


– Une mobilité normale comparable au côté sain.
– Une totale confiance en son genou.
– Préparer le test isocinétique pour les sportifs compétiteurs.

PHASE 4 : de 6 mois à 8 mois

– Perfectionnement musculaire.
– Reprise de l’entraînement spécifique sans contact.

Objectif

Reprise sportive progressive en fonction du bilan clinique, radiologique et éventuellement isocinétique.

Prudence pour les sports en pivot et contact. Reprise de la compétition avec contact : 8 mois.

PLASTIE TYPE DIDT
ET OSTÉOTOMIE

PHASE 1 : de J0 à J45

– Orthèse : 45 jours.
– Amplitude et reprise de l’appui : se référer aux consignes du compte-rendu d’hospitalisation.
– Récupérer l’extension complète en actif.
– Travail sous glace.
– Travail du quadriceps en élévation du membre inférieur.
– Travail des ischios-jambiers et de quadriceps en cocontraction isométrique.
– Mobilisation de la rotule.
– Travail du triceps et du tenseur du fascia lata.
– Étirements progressifs des ischios-jambiers.
– Débuter la flexion selon consignes du compte-rendu d’hospitalisation. Débuter en passif ou actif aidé.

Objectifs

– Un genou le plus sec possible.
– Un verrouillage actif de l’extension.

Incidents possibles

– Hydarthrose du genou.
– Problèmes veineux.
– Problèmes cicatriciels

PHASE 2 : de J45 à J90

– Orthèse : envisager le sevrage sur avis du chirurgien.
– Travail sous glace.
– Mobilisation de la rotule, massages cicatriciel et péri rotulien.
– Récupérer les amplitudes articulaires en décharge.
– Fin de récupération de l’extension (verrouillage à 0°) et étirements des chaînes musculaires.
– Intensifier le travail isométrique en cocontraction.
– Travail isométrique du quadriceps type TSI, charges placées sur la TTA en débutant à 60° de flexion à partir du 45ème jour.
– Débuter un travail doux et progressif des ischios-jambiers en l’absence de douleurs puis intensifier les charges en chaînes ouvertes, en concentrique puis excentrique.
– Travail statique des rotateurs en position neutre.
– Travail de perfectionnement du schéma de marche.

Objectifs

– Un genou sec et froid.
– Consolidation de l’ostéotomie.
– Les amplitudes articulaires suivantes : 0 à 130°.
– Un bon contrôle musculaire et des réflexes de défense pour une vie quotidienne normale.

Incidents possibles

– Genou chaud et hydarthrose.
– Douleurs importantes.
– Difficultés à la récupération des amplitudes articulaires (dans ces trois cas, contacter le chirurgien).

PHASE 3 : de J90 à J180

– Sevrage définitif de l’Orthèse.
– Poursuite de toutes les formes de travail musculaire isométrique, excentrique, chaîne fermée en privilégiant le travail en décharge articulaire.
– Début de la rééducation isocinétique si le niveau de consolidation osseuse le permet.
– Travail proprioceptif progressif en appui bipodal.
– Natation et vélo à pratiquer personnellement avec un travail de remise en forme.

Objectifs

– Une mobilité normale comparable au côté sain.
– Un genou sec.
– Une totale confiance en son genou.

PHASE 4 : de 6 mois à 8 mois

Sous réserve d’un genou sec et non douloureux à l’appui

– Intensification du travail musculaire en charge.
– Rééducation proprioceptive en charge.
– Préparation du test isocinétique pour les sportifs de compétition.

PHASE 5 : après 6 mois

– Test CYBEX.
– Développer les insuffisances mises en évidence par le test Cybex et les tests proprioceptifs.
– Débuter la phase de réathlétisation (suivant le protocole).

Objectif

Obtenir l’autorisation de la reprise de l’entraînement sportif en fonction des tests (cybex et athlétisation).

PAR LA SUITE

A 9 mois, puis 12 mois, puis annuellement, effectuer un bilan radio clinique du genou opéré après la reprise de la compétition.

PLASTIE TYPE DIDT,
PROTOCOLE « HYPERLAXE »

PLASTIE DU LIGAMENT CROISÉ
POSTÉRIEUR OPÉRÉ

PHASE 1 : J0 à J30

– Orthèse : 0° d’extension stricte durant 2 semaines sans appui.
– Reprise progressive de l’appui après 2 semaines sous protection des cannes anglaises.
– Récupérer l’extension complète en actif.
– Travail sous glace.
– Travail du quadriceps en élévation du membre inférieur.
– Travail des ischios-jambiers et de quadriceps en cocontraction isométrique.
– Mobilisation de la rotule.
– Travail du triceps et du tenseur du fascia lata.
– Étirements progressifs des ischios-jambiers.
– Débuter la flexion en décharge au 15ème jour.

Objectifs

– Un genou le plus sec possible.
– Un verrouillage actif de l’extension.

Incidents possbiles

– Hydarthrose du genou.
– Problèmes veineux.
– Problèmes cicatriciels.

PHASE 2 : J30 à J90

– Orthèse : libération des amplitudes articulaires de l’orthèse en fonction de la récupération de la flexion par le patient et de l’avis du chirurgien. Sevrage progressif des cannes anglaises.
– Travail sous glace.
– Mobilisation de la rotule, massages cicatriciel et péri rotulien
– Récupérer les amplitudes articulaires en décharge.
– Fin de récupération de l’extension (verrouillage à 0°) et étirements des chaînes musculaires.
– Intensifier le travail isométrique en cocontraction.
– Travail isométrique du quadriceps type TSI, charges placées sur la TTA en débutant à 60° de flexion à partir du 45ème jour.
– Au 31ème jour, débuter un travail doux et progressif des ischios-jambiers en l’absence de douleurs puis intensifier les charges en chaînes ouvertes, en concentrique puis excentrique.
– Travail statique des rotateurs en position neutre.
– Travail proprioceptif en charge sur plan stable de difficultés croissantes adaptées à la douleur et à l’épanchement réactionnel.
– Travail de perfectionnement du schéma de marche.

Objectifs

– Un genou sec et froid.
– Les amplitudes articulaires suivantes : 0 à 130°.
– Un bon contrôle musculaire et des réflexes de défense pour une vie quotidienne normale.

Incidentgs possibles

– Genou chaud et hydarthrose.
– Douleurs importantes.
– Difficulté à la récupération des amplitudes articulaires
Dans ces trois cas, contacter le chirurgien.

PHASE 3 : J90 à J120

– Sevrage définitif de l’Orthèse.
– Préparation de la phase de réathlétisation : développer toutes les formes de travail musculaire isométrique, excentrique, chaîne fermée en charge. Rééducation isocinétique.
– Intensification de la proprioception par des exercices de plus en plus dynamiques et dans différents plans de l’espace.
– Début des gestes techniques élémentaires du sport préférentiel sous contrôle strict du rééducateur.
– Natation et vélo à pratiquer personnellement avec un travail de remise en forme.

Objectifs

– Une mobilité normale comparable au côté sain.
– Une totale confiance en son genou.
– Préparer le test Cybex pour les sportifs compétiteurs.

PHASE 4 : de 4 mois à 6 mois

– Développer les insuffisances mises en évidence par le test Cybex et les tests proprioceptifs.
– Débuter la phase de réathlétisation (suivant le protocole) avec réapprentissage des gestes du sport préférentiel.

Objectif

Obtenir l’autorisation de la reprise de l’entraînement spécifique en fonction du test (cybex et athlétisation).

PAR LA SUITE

A 9 mois, puis 12 mois, puis annuellement, effectuer un bilan radio clinique du genou opéré après la reprise de la compétition.

PLASTIE DU LIGAMENT CROISÉ
POSTÉRIEUR OPÉRÉ

PHASE 1 : de J0 à J45

Orthèse : 0° d’extension stricte les 45 Premiers jours

– Sevrage des cannes anglaises en fonction de la douleur.
Récupérer l’extension complète en actif.
– Travail sous glace.
– Travail du quadriceps en élévation du membre inférieur.
Travail des ischios-jambiers et du quadriceps en cocontraction isométrique
– Mobilisation de la rotule.
– Travail du triceps et du tenseur du fascia lata.
– Etirements progressifs des ischios-jambiers.
Pas de fléxion et travail en maintenant le port de l’orthèse.

Objectifs

– Obtenir un genou le plus sec possible.
– Obtenir un verrouillage actif de l’extension.
– Pouvoir marcher sans canne.

PHASE 2 : de J45 à J90

– Mobilisation manuelle de la rotule.
– Contraction statique du quadriceps aidée par des courants excitomoteurs.
– Travail du triceps et du TFL.
– Travail isométrique du quadriceps à 0° d’extension puis dans les différents secteurs angulaires.
– Récupération douce et manuelle de la flexion afin d’obtenir 120° au 90ème jour.
– Débuter le travail en charge sous couvert de l’orthèse du quadriceps et du triceps.

MÉNISECTOMIE

Pour tout incident, l’équipe de la clinique se tient à la disposition du rééducateur ou du médecin traitant.

– Glace 3 à 4 fois par jour.
– Repos relatif avec modération des activités en charge pendant une semaine.
– Des délais de récupération post opératoires sont significativement prolongés en cas de lésions méniscales externes

1- Récupération progressive de la mobilité

Utiliser les massages défibrosants et les mouvements actifs.

La flexion : Travail à débuter dès le premier jour post opératoire.
Obtenir rapidement 90° puis gagner en amplitude par des mouvements actifs et actifs aidés. Les techniques de travail contre résistance des antagonistes type contracter-relâcher doivent permettre de récupérer la totalité de l’amplitude en flexion.

Sont interdits : La flexion forcée passive ou en charge.

L’extension : récupération rapide du verrouillage actif de l’articulation avec travail électif du vaste interne.

2- Récupération du schéma de marche avec appui complet

Pas de textes

3- Récupération musculaire

– Isométrique.
– Quadriceps : en travail statique intermittent, la charge appliquée sur la tubérosité tibiale antérieure, en utilisant des charges lourdes pour un travail spécifique du vaste interne.
– Ischio-jambiers : 15°, 30°, 60° de flexion, hanches fléchies.
– Triceps : en insistant sur les jumeaux.
– Une mobilité normale comparable au côté sain.
– Une totale confiance en son genou.
– Préparer le test Cybex pour les sportifs compétiteurs.

4- Rééducation proprioceptive

Exercices en chaîne cinétique ouverte puis fermée sur plan stable et instable : équilibre au sol, coupoles, plateaux, trampoline…

5- Ré-entrainement vers le début du deuxième mois

Son but est d’accroître les difficultés de façon à améliorer les réflexes de stabilisation en se rapprochant du geste sportif.
Débuter par un footing de 10 mn, course en terrain plat puis accidenté.
Accélération, changements de direction, sauts sur un pied…
La reprise de la compétition se fera en fonction du degré de récupération.

Incidents possbiles

– Hydarthrose : repos, AINS, drainages et contacter l’équipe chirurgicale en cas de persistance ou de récidive.
– Douleurs secondaires : arrêt momentané de la rééducation.

CHIRURGIE DU MÉNISQUE A COMPOSANTE DÉGÉNÉRATIVE

CHIRURGIE DU MÉNISQUE A COMPOSANTE DÉGÉNÉRATIVE

Pour tout incident, l’équipe de la clinique se tient à la disposition du rééducateur ou du médecin traitant.

– Glace 3 à 4 fois par jour.
– Repos relatif avec modération des activités en charge pendant 15 jours.
– Prévention thromboembolique : postures déclives, drainages.
– En fonction des lésions observées lors de l’arthroscopie, des mesures complémentaires peuvent être nécessaires précisées sur le compte rendu opératoire : attelle en extension, cannes anglaises avec suppression ou aménagement de l’appui.
– Les délais de récupération post opératoires sont significativement prolongés en cas de lésions méniscales externes
– Prudence et progressivité.

1- Lutte contre l'épanchement

– Glace
– Contractions isométriques précoces du quadriceps.

2- Récupération progressive de la mobilité

La flexion
Travail à débuter dès le premier jour post opératoire.
Obtenir rapidement 90° puis gagner en amplitude par des mouvements actifs et actifs aidés.
Les techniques de travail contre résistance des antagonistes type contracter-relâcher doivent permettre de récupérer la totalité de l’amplitude en flexion.

Sont Interdits : la flexion forcée en charge

L’extension
Récupération rapide du verrouillage actif de l’articulation avec travail électif du vaste interne. Prévention du flessum avec étirement de la chaîne musculaire postérieure et mobilisation passive manuelle de rotule.

3- Récupération du schéma de marche avec appui complet

Cette composante de la rééducation devra tenir compte des mesures spécifiques et de leurs délais.

4- Récupération musculaire

– Isométrique.
– Quadriceps : en travail statique intermittent, la charge appliquée sur la tubérosité tibiale antérieure en utilisant des charges lourdes pour un travail spécifique du vaste interne.
– Ischio-jambiers : 15°, 30°, 60° de flexion, hanches fléchies.
– Triceps : en insistant sur les jumeaux.

Sont interdits

– La flexion forcée en charge.
– La rééducation dynamique.
– Les exercices en charge en appui monopodal avec impulsion ou réception.

5- Lutte contre les déviations axiales

Genou varum

– Exercices de décoaptation fémoro-tibiale interne.
Travail des haubans externes.
– Étirements des adducteurs.

Genou valgum

– Exercices de décoaptation fémoro-tibiale externe.
– Étirement du tenseur du fascia lata.
– Travail des adducteurs.

Incidents possibles

– Hydarthrose : repos, AINS, drainages et contacter l’équipe chirurgicale en cas de persistance ou de récidive.
– Douleurs secondaires : mise en place d’un traitement médical spécifique et contacter l’équipe chirurgicale.

Conseil d’économie articulaire

– Privilégier les activités en décharge articulaire : vélo, natation.
– Entretien de la qualité musculaire grâce à la pratique régulière d’une auto rééducation.

PROTHÈSE TOTALE
DU GENOU

Pour tout incident, l’équipe de la clinique se tient à la disposition du rééducateur ou du médecin traitant.

– Glace 3 à 4 fois par jour.
– Repos relatif avec modération des activités en charge pendant une semaine.
– Des délais de récupération post opératoires sont significativement prolongés en cas de lésions méniscales externes

PHASE 1 : de J0 à J30

Objectifs

– Flexion 120°.
– Extension 0°.
– Vie quotidienne normale (marche, escaliers, loisirs).

Conseils généraux

– Glace, au moins 3 heures par jour par fractions de 20mn.
– Déclive lors du repos (allongé pied posé sur 2 oreillers).
– Rééducation manuelle, sans forcer sur le genou, mobilisation latérale manuelle de la rotule.

Pour toute anomalie cicatricielle, écoulement nécrose cutanée, désunion, prendre contact avec le chirurgien.

Rééducation

1- Travail de l’extension
Obtenir le verrouillage quadricipital par des contractions isométriques et contrôle manuel (rappel de la rotule en dedans par travail du vaste interne).
Au 10ème jour, le patient est capable de maintenir sa jambe en extension au bord du lit.

2- Travail de la flexion
Obtenir 90° de flexion à J12 ou J15 au plus tôt, à J30 au plus tard

– Travail de la flexion contre résistance manuelle – tenu / relâché.
– Mobilisation de la rotule dans tous les plans et notamment de haut en bas.
– Massage défibrosant à base de manœuvres de ponçage et pétrissage des culs-de-sac associé un assouplissement peri-cicatriciel.

Mobilité des tissus = Mobilité du genou.

3- Travail global : moyen fessier, triceps, etc…

4- Travail de la marche et vie quotidienne :

– retour à l’autonomie progressive du patient,
– de J0 à J7 : Le patient débute le travail de marche avec 2 cannes anglaises
– de J7 à J15 : Le patient augmente progressivement son périmètre de marche avec ses deux cannes anglaises.
– à partir de J15 : Augmenter le périmètre de marche qui doit être supérieur à 100m afin que le patient puisse être autonome pour la vie courante (aller-retour chambre, couloir, salle à manger, toilettes),  le patient peut gravir 10 à 20 marches, propulsé par sa jambe non opérée et sa deuxième jambe en extension.

– de J15 à J21 : Nous recommandons le travail en chaîne fermée, excitomoteur et schéma de marche (attaquer et dérouler le pas, symétrie du bassin, etc…)

– Verrouillage obtenu en bord de lit avec charge : sangle + sac de sable sur la TTA (hommes 5kg, femmes 3 kg).
– En décubitus dorsal : le patient effectue une extension jambe tendue avec charge au niveau de la TTA
– Verrouillage en appui bipodal : le kiné vérifie dans cette position de la co-contraction du quadriceps / ischio-jambier. Absence de flessum obligatoire.

Vérification de ces éléments lors de la 1ère visite post-opératoire.

PHASE 2 : de J30 à J90

– Poursuite de la marche régulière, avec appui complet permettant l’arrêt des anti-coagulants.
– Arrêt progressif des antalgiques et poursuite de l’application de la glace
– Sevrage progressif des bas de contention, sauf pour les patients présentant une insuffisance veineuse pré-opératoire.
– Le patient est capable d’effectuer tous les gestes de la vie quotidienne à son domicile.

Rééducation

1- Travail de la marche

Objectif
Donner une confiance absolue au patient

Moyens
Recherche d’une bonne gestuelle par contrôle permanent du rééducateur qui veille, au bon déroulé et à l’égalité du pas, à l’appui unipodal stable sans déséquilibre du bassin. La progression qui consiste d’abord à un sevrage des cannes sur terrain plat, s’intensifie par la suite avec des obstacles à enjamber et de la marche en terrain ascendant et descendant.

2- Gain des amplitudes

Objectifs
Il est impératif de rechercher une flexion supérieure à 95°, sans limite supérieure et un verrouillage à 0°.

Moyens
– Rééducation active.
– Travail actif ; ischio-jambiers, vélo d’appartement avec ajustement de la hauteur de selle (flexion minimale de 90° / extension à -10°).
– Poursuite des mobilisations de rotule et du massage défibrosant.

3- Poursuite du travail musculaire quadricipital

Objectif
Obtenir un verrouillage puissant en extension stricte à 0°.

Moyens
– Étirements doux du plan postérieur.
– Travail quadricipital en travail statique intermittent avec application de charges de manière évolutive.
– Surveillance centimétrique de l’augmentation de volume quadricipital (donner la fourchette de gain périmétrique).

4- Travail de l’équilibre

Objectif
Assurer une marche en sécurité.

Moyens
Travail de l’équilibre bipodal sur sol plat, puis en franchissant des obstacles ne dépassant pas 20cm de haut. Compliquer ces exercices en fonction de l’activité souhaitée…

PHASE 3 : à partir de J90

Si les buts fonctionnels ont été atteints, on devra sensibiliser le patient à l’auto-rééducation d’entretien des résultats obtenus par la pratique d’exercices simples, associés au vélo et à la natation.

Si certains déficits persistent, il est nécessaire de poursuivre la rééducation à raison de 2 à 3 séances par semaine en insistant sur le qualitatif.

L’extension et l’acquisition du verrouillage, aidée par l’électrothérapie excitomotrice et la visualisation par le patient (effet feedback) de son effort la flexion, à toujours travailler en décharge est encore associée au massage défibrosant.

Le schéma de marche doit intégrer l’acquis des deux précédents exercices.

Les progrès ne sont importants que si le rééducateur motive le patient en lui enseignant des exercices simples à reproduire sur des temps courts plusieurs fois par jour à domicile.

Bilan final
Les schémas de marche en terrain plat et accidenté, la montée et descente des escaliers, ainsi que se lever ou s’asseoir sont le résumé d’une bonne récupération après prothèse totale de genou.
Il serait bon que le rééducateur puisse s’aider de la vidéo pour motiver les insuffisances ou les progrès du patient et en faire ainsi un test final.

SYNDROME ROTULIEN
DOULOUREUX

SYNDROME ROTULIEN
DOULOUREUX

Rééducation strictement non douloureuse – Rééducation sous glace – Progressivité des exercices, de leur durée, de leur intensité

Etirements

– Ischios jambiers.
– Droit antérieur.
– Associer des exercices d’auto rééducation à réaliser quotidiennement.

Mobilisation manuelle de rotule

– Etirements doux de l’aileron rétracté.
– Mobilisation en décoaptation prudente.
– Etirement manuel du tendon rotulien.
– Travail électif des fibres basses du vaste interne contre résistance manuelle.

Renforcement musculaire

Quadriceps

– Recherche de l’angulation non douloureuse.
– Travail excitomoteurs excentriques du vaste interne : genou à 90°.
– Travail statique type TSI dans l’angulation non douloureuse : utilisation de charges lourdes placées sur la TTA pour favoriser l’action du vaste interne.
– Travail excentrique sous réserve d’une force suffisante.

Rotateurs internes (poplité, muscles de la patte d’oie) :

En isométrique : genou fléchi à 15 °, 30°, 60° afin de contrôler la rotation externe du segment jambier.

Triceps : Debout genou en extension.

Correction des attitudes vicieuses

– Rotation interne de hanche (étirements et postures des pelvi trochantériens).
– Genou valgum.
– Hyper rotation externe tibiale.

Rééducation proprioceptive

– Progressivité.
– En position corrigée.
– Recherche du centrage rotulien.
– Exercices en chaîne fermée.

Isocinétique

– Concentrique à vitesse rapide.
– Excentrique selon protocole type STANISH.

Massages défibrosants

– Massages des culs de sac péri rotulien.
– Ailerons Pointes de rotule et tendon rotulien.

Interdit

– La flexion forcée en charge.
– La rééducation dynamique.

OSTEOTOMIE
DU GENOU

– Glace 3 à 4 fois par jour.
– Bas de contention.
– Attelle en extension amovible non articulée à porter jour et nuit.
– Pour l’appui suivre les consignes figurant sur le compte rendu opératoire.

PHASE 1 : de J1 à J30

– Marche avec cannes anglaises jusqu’à la consultation post opératoire.
– Prévention thrombo-embolique : contractions musculaires précoces du quadriceps et du triceps, postures déclives.
– Récupération de l’extension complète en actif.
– Travail sous glace.
– Manœuvres défibrosantes : mobilisation de rotule, des cul de sac sus et pré rotulien.
– Techniques de réveil musculaire avec stimulations électriques.
– Travail du quadriceps sans charge en isométrique en chaîne ouverte.
– Récupération de la mobilité en flexion en décharge articulaire jusqu’à 90° en actif ou actif aidé.

PHASE 2 : de J30 à J90

– Sevrage progressif de l’attelle en fonction de la qualité du verrouillage quadricipital en extension.
– Restauration progressive de la marche sans canne sur un mois.
– Travail sous glace.
– Récupération de la mobilité complète en flexion.
– Perfectionnement musculaire en décharge articulaire.
– Quadriceps : charges placées sur le genou.
– Ischios jambiers à travailler hanche fléchie, sans bras de levier.
– Muscles fessiers.

Sont interdits
Travail dynamique, charge en bout de pied – Travail musculaire et proprioceptif en charge.

PHASE 3 : à partir de J90

– Restauration de la totalité des amplitudes articulaires.
– Perfectionnement de la qualité musculaire.
– Travail des réflexes d’équilibre en appui bipodal.
– Reprise des activités de vie quotidienne.
– Natation à partir de 3 mois et du vélo à partir de 4 mois et demi.

Incidents possibles

– Épanchement articulaire : travail sous glace, ralentir la rééducation, traitement médical.
– Problème de cicatrisation : revoir l’équipe chirurgicale.

Conseil d’économie articulaire

– Adaptation de la vie professionnelle et personnelle en évitant les stations debout, la marche prolongée et la manutention de charges lourdes.
– Préférez les activités physiques en décharge articulaire.
– Nécessité d’un entretien musculaire régulier type natation, vélo.

PRENDRE RDV POUR UNE RÉÉDUCATION DE LA CHEVILLE

Contactez-nous pour une demande d’information par téléphone au :

Ou en remplissant le formulaire de contact ci-dessous :

9 + 14 =

CONSULTER LES PATHOLOGIES
DE LA CHEVILLE

INTERVENTIONS CHIRURGICALES
DE LA CHEVILLE

LES CHIRURGIENS
DE LA CHEVILLE

VENIR AU CENTRE
DE CONSULTATION